Livre de la vie

By Teresa of Ávila

Dans cette autobiographie spirituelle, achevée en 1562, Thérèse d'Avila montre l. a. valeur providentielle de ce qui lui arrive (son entrée au couvent, l. a. grave maladie qui los angeles frappe, ses visions, enfin sa réforme du Carmel). Consciente des contraintes de los angeles vie matérielle, elle a voulu que ses rookies sachent lire et écrire, afin d'accueillir des femmes d'esprit, capables de résister à l. a. tentation d'un mysticisme de pacotille. Elle a su unir, en un infrequent équilibre, spiritualité et motion. Si ce texte est toujours lu avec ardour, y compris par ceux qui ne partagent pas los angeles foi de son auteur, c'est en raison de sa portée universelle et de son originalité : l'exploration, par une femme, de son espace intérieur. Thérèse en a european l'intuition : dans le Livre de l. a. vie, elle ne s'adresse pas seulement à ses directeurs de sense of right and wrong mais à tous ceux qui vont los angeles lire. On découvre ainsi dans los angeles grande mystique espagnole un grand auteur.

Show description

Preview of Livre de la vie PDF

Similar Christianity books

The Jesus Family Tomb: The Discovery, the Investigation, and the Evidence That Could Change History

The Jesus kin Tomb tells the tale of what could possibly be the best archaeological locate of all time—the discovery of the kin tomb of Jesus of Nazareth. Following the unintended bulldozing of a tomb throughout the development of a housing advanced in suburban Jerusalem in 1980, archaeologists from the Israeli Antiquities Authority have been instantly known as to the scene.

A People's History of Christianity: The Other Side of the Story

The Grassroots activities That Preserved Jesus's Message of Social Justice for 2,000 Years and Their impression at the Church TodayFor too lengthy, the heritage of Christianity has been informed because the triumph of orthodox doctrine imposed via energy. Now, historian Diana Butler Bass sheds new gentle at the outstanding ways in which many Christians have refused to comply to a inflexible church hierarchy and sought to recapture the novel implications of Jesus's lifestyles and message.

The Triumph of Christianity: How the Jesus Movement Became the World's Largest Religion

Celebrated non secular and social historian Rodney Starktraces the intense upward push of Christianity via its such a lot pivotal andcontroversial moments to provide clean point of view at the heritage of the world’slargest faith. within the Triumph of Christianity, the writer of God’sBattalions and the increase of Christianity gathers and refines decadesof robust examine and discovery into one centred, concise, and highlyreadable quantity that explores Christianity’s most important episodes.

Martin Luther: A Life (Penguin Lives)

Referred to as ? the main influential interpreter of yankee faith? via invoice Moyers, well known historian and Lutheran pastor Martin Marty portrays the non secular reformer Martin Luther as a guy of judgment of right and wrong and braveness who risked dying to ignite the old reformation of the Church. Luther? s arguments, together with his ?

Extra info for Livre de la vie

Show sample text content

Je puis dire que je demeurai pendant plus de huit mois dans cet état, et j’eus beau aller mieux, je restai près de trois ans percluse. Quand je commençai à marcher à quatre pattes, je louai Dieu. Je supportai tout cela avec résignation et, sauf au graduation, avec une grande joie, vehicle tout me semblait peu de selected comparé aux souffrances et aux tortures du début : j’étais pleinement résignée à los angeles volonté de Dieu, quand bien même il m’eût laissée toujours dans cet état. Je n’avais d’autre désir, je pense, que de guérir, afin de faire oraison dans l. a. solitude, comme on me l’avait enseigné ; automobile l’infirmerie n’y était pas préparée. Je me confessais très fréquemment. Je parlais souvent de Dieu, si bien que j’édifiais toutes les religieuses, qui s’étonnaient de l. a. persistence que me donnait le Seigneur ; vehicle, sans l’aide de Sa Majesté, il semblait very unlikely que l’on pût supporter un tel mal avec tant de joie. three. Ce fut pour moi une grande selected qu’il m’ait donné l. a. faveur de l’oraison, telle qu’elle me fut accordée : elle me healthy comprendre ce que c’était que l’aimer et je ne tardai pas à voir en moi des vertus nouvelles, fragiles cependant, et qui ne suffirent pas à me maintenir dans los angeles justice : je ne disais de mal de personne, si peu que ce fût, mais, le plus souvent, j’évitais toute médisance, automobile j’avais toujours à l’esprit de ne pas vouloir dire d’autrui ce que je n’aurais pas voulu que l’on dise de moi. J’y prenais un soin extrême, chaque fois que j’étais soumise à tentation ; mais je n’étais pas si parfaite qu’il ne m’arrivât quelquefois, lorsqu’elle était trop distinctiveness, de faillir quelque peu. Néanmoins, c’est ce que je faisais continuellement ; et j’en persuadais si bien celles qui m’entouraient et me fréquentaient, qu’elles en prirent l’habitude. On en vint à admettre que, là où je me trouvais, elles n’avaient rien à craindre de moi, et tel était aussi le cas avec celles dont j’étais amie ou parente et que j’instruisais. Toutefois, en d’autres matières, j’ai bien dû rendre des comptes à Dieu du mauvais exemple que je leur donnais. Plaise à Sa Majesté de me pardonner, motor vehicle j’ai été reason de bien des maux, même si mon goal n’était pas aussi mauvaise que mes actes l’étaient ensuite. four. Il me resta ce désir de solitude et le goût de parler et de m’entretenir de Dieu ; et si j’en avais l’occasion, j’en retirais plus de délassement et de joie que de toute los angeles politesse ou, pour mieux dire, de toute los angeles grossièreté des conversations mondaines ; je communiais et me confessais encore plus souvent, et j’en avais le désir ; j’aimais beaucoup l. a. lecture des bons livres ; dès que j’avais offensé Dieu, j’en éprouvais un tel repentir que, souvent, je m’en souviens, je n’osais plus faire oraison, de crainte du grand châtiment que je redoutais de subir pour l’avoir offensé. Je los angeles ressentis de plus en plus par l. a. suite, au aspect que je ne sais à quoi comparer ce tourment. Il ne s’agissait jamais de peur, ni peu ni prou ; mais quand je me rappelais les faveurs que le Seigneur m’accordait dans l’oraison et tout ce dont je lui étais redevable, et mon ingratitude envers lui, je ne pouvais le supporter ; et je m’en voulais beaucoup de toutes les larmes que je versais sur ma faute, voyant que je ne me corrigeais guère, automobile ni mes résolutions, ni ma douleur ne m’empêchaient d’y retomber dès que j’étais tentée.

Download PDF sample

Rated 4.57 of 5 – based on 35 votes